Collection "De l'oeil à l'Être"

 

Les fils de l'homme - L'espoir au corps

 

 

 Quatrième de couverture

La collection « De l’œil à l’Être »

 

Les ouvrages de la collection « De l’œil à l’Être » sont des études courtes d’œuvres diverses permettant d’illustrer les nombreuses notions et concepts abordés par Ygrec dans ses livres, ses articles, ses correspondances,  etc.

Ygrec s’appuie sur les scènes et les personnages de l’œuvre pour guider le lecteur dans sa quête de Sens, tout en posant un regard critique sur notre société. Chacun des ouvrages de la collection peut devenir un outil de développement personnel.

 

Les fils de l’homme – L’espoir au corps

 

Le film « Les fils de l’homme » , sorti en 2006, a été relativement bien accueilli par la critique, mais il a fait peu d’entrées. Il est encore aujourd’hui  inconnu de beaucoup de spectateurs, mais gageons qu’il saura petit à petit conquérir son public. L’œuvre est saisissante et délivre de nombreux messages. Sachons être vigilants, car l’essentiel est dessous. Avec ce nouveau titre Ygrec nous aide à soulever le voile, et aborde, de manière inhabituelle, deux sujets très présents dans le film : le deuil et l’espoir.

 

 Un livre ouvert... 

Pour ce septième ouvrage de la "collection de l'œil à l'Être",  "Les fils de l'homme" nous donnera l'opportunité de parler de l'espoir, et du deuil.  Ce sont deux sujets très présents dans le film. Dans le chapitre « A l’écoute des autres » nous verrons comment aider les personnes en deuil, mais nous aborderons ce sujet sous l'aspect particulier du rapport au monde extérieur.

 

 Le mot d'Ygrec...

L'oeuvre étudiée ici est un film étonnant et passionnant. Sa mise en scène ne laisse rien au hasard, tous les détails sont importants. Il est impossible de tout aborder, mais nous irons plus loin, comme d'habitude, avec les questions des lecteurs. N'oubliez pas  de consulter la page des questions qui est enrichie au fur et à mesure.

 

 

 Extraits       

 

Chapitre : Comprendre – Renaissance de l’humanité  (page 50)

 

La naissance de l’enfant de Kee est un immense espoir puisque l’humanité retrouve la fertilité, mais elle est aussi un espoir de renouveau, car si l’infertilité a accéléré le chaos (voir les propos de Miriam dans l’école abandonnée), elle n’en est pas la cause. C’est ce que Théo dira à Jasper.

 

La soif de pouvoir et la cupidité sont en chaque humain. Mais quand il ne voit plus le danger qu’elles comportent, quand il en fait des qualités nécessaires pour exister, parce qu’exister est, pour lui,  être riche ou détenir un pouvoir quelconque, le respect de la nature, des autres et de la vie l’indiffère, tant qu’il n’est pas touché personnellement (c’est Patric qui tue sans états d’âme, mais qui ne pardonne pas à Théo la mort de son cousin). Cela est valable pour l’inconnu ou la vedette, le riche ou le pauvre. C’est ainsi que nous assistons aujourd’hui à des manipulations odieuses de peuples entiers, que nous savons ou apprenons que la nourriture, les médicaments ou les produits d’entretien et d’hygiène contiennent des poisons, qu’on vaccine nos enfants tout en sachant que les produits injectés peuvent les détruire, que les guerres sont programmées, qu’on affame les populations, pour le plus grand profit d’une minorité. Et le peuple manipulé  continue à dire oui.

Il suffit alors, au moins dans un certain domaine, que la nature dise stop (ici l’absence de naissances), pour que l’insurrection commence, mais il est parfois bien tard.

 

Il est bien tard parce que ceux qui détiennent le pouvoir ont anticipé l’insurrection, ils ont pris soin de monter les uns contre les autres, ont armé les uns, puis les autres, ont propagé les arguments de fausses culpabilités, ont désigné les futurs boucs émissaires. Le chaos peut régner, la minorité des puissants vivra dans des îlots de confort,  en offrant à ceux qui restent la « sécurité » et la « protection » d’un état policier.

 

Le renouveau est pourtant possible si l’homme apprend de ses erreurs. Il doit comprendre qu’il a plus de possibilités que les autres espèces, mais que tout pouvoir engendre une responsabilité. Il doit comprendre qu’il ne pourra jamais empêcher une minorité de tenter de prendre le pouvoir afin d’exploiter les autres. Le pouvoir et la responsabilité de chacun d’entre nous résident dans sa capacité à dire non.

 

 

Chapitre : A l'écoute des autres – Aider une personne en deuil - extrait du paragraphe : isolement choisi (page 67)

Les personnes qui ne croisent que de la pitié ou qui n’entendent que des paroles convenues ou désobligeantes, ont tendance à s’isoler.

 

Si vous souhaitez aider une personne en deuil quand elle a fait le choix de l’isolement, il est important de continuer à l’appeler, et de lui rendre visite. Cela ne doit pas devenir du harcèlement bien entendu, cela doit être seulement la manifestation d’une présence bienveillante. La conversation peut durer quelques minutes seulement, juste le temps de faire comprendre que vous êtes là. S’imposer, c’est l’éloigner davantage.

Proposer une sortie, par exemple, est une bonne chose, ne pas insister en cas de refus, aussi, continuer inlassablement à  proposer une sortie  sans insister, encore plus.

 

Rappelez-vous que la personne en deuil entend sans cesse des « il faut que tu … », et des « tu devrais… », de gens bien intentionnés qui leur veulent du « bien », qui voudraient la remettre en selle manu militari,  qui pensent qu’il est grand temps pour elle de passer à autre chose, et qui ne comprennent pas que le temps du deuil  varie d’une personne à l’autre.  Ces gens-là prolongent parfois le processus de deuil, en empêchant le (ou la) malheureux(se), de se poser les bonnes questions, ces questions, dont les réponses sont en lui (ou elle), et nulle part ailleurs.

 

 

 

 Table des matières

 

LA COLLECTION « De l’œil à l’Être ». 9

INTRODUCTION.

SYNOPSIS ET FICHE TECHNIQUE. 17

Synopsis

Fiche technique

Distribution 

Box-office France 

Sortie DVD 

Récompenses.

 ENVIRONNEMENT

 LES PERSONNAGES.

Premier aperçu.

Les personnages.

 LES SCÈNES.

 COMPRENDRE

Les références à la religion, les symboles.

L’homme dominateur

Comparaison de l’environnement du film avec notre société.

Le salut par une réfugiée africaine.

Renaissance de l’humanité.

Théo, Julian,  le deuil de l’enfant

La rémission de Théo.

L’espoir

L’espoir et la peur

Les armes du pouvoir : le désespoir et la peur

 À L’ÉCOUTE DES AUTRES.

Aider quelqu’un en deuil.

 CONCLUSION..

 ANNEXE 1 Histoire du prêtre dans les sables mouvants.

ANNEXE 2 Je souffre du suicide d’un proche – Recueil de l’Être.

À LIRE – À VOIR.

 

 Acheter ce livre chez Amazon

 

 

       Broché                            format Kindle 

© 2016 Ygrec