Suite romanesque "Kumpiy, le livre sacré"

 

Tome 2 : La Confrérie du cobra

  Quatrième de couverture
 

« Kumpiy, le livre sacré » est un roman initiatique composé de plusieurs tomes. Il raconte les aventures de deux jeunes gens en quête de Vérité.  Tara et Michel suivront La piste de fabuleux trésors en découvrant que le plus beau des joyaux est à l’intérieur, ils chercheront, au loin, des vérités qu’ils trouveront, finalement, en eux-mêmes, ils mèneront des combats qui leur permettront de reconnaître en eux l’essentiel.

Nous avons fait la connaissance de Tara et Michel dans un premier tome Nous les retrouvons, dans le deuxième, installés chez leur Maître, Meng Oubaseka.

Tout pourrait être calme et serein, mais des menaces pèsent sur Meng, tandis que se révèle l’aide inattendue d’inconnus.  Ils commencent cependant leur initiation pour pouvoir intégrer la « Confrérie du cobra ». Rien ne se passera simplement.  C’est guidés par Kumpiy, le livre sacré, et avec l’aide de leur Maître et de leur ami Gérard, que Tara et Michel tenteront de réussir leur première épreuve.

 
 
  Un livre ouvert

Tara et Michel poursuivent leur initiation. Entraînés et formés par leur Maître Madame Oubaseka, et aidés par leur ami Gérard, ils progresseront vite et seront présentés à la Confrérie du cobra. Des surprises les attendent, et ils se verront confrontés à leur première épreuve. Atteindront-ils leur but ? Echapperont-ils aux attaques de leurs ennemis ? Sauront-ils mettre à profit l'aide innattendue d'inconnus cagoulés ?

 

  Le mot d'Ygrec

Plusieurs sujets indispensables à toute initiation sont abordés dans ce tome. Même si un approfondissement est sans doute nécessaire, les explications données sont suffisantes dans un premier temps. Il est inutile de brûler les étapes.  Les exercices décrits sont applicables à chacun de nous. Pratiquez-les et vous en verrez les effets positifs. N'hésitez pas, cher lecteur, à lire et relire ce livre, car chaque fois, vous décrouvrirez ce que vous n'étiez pas prêt à voir la première fois......

 

 

 

  Extrait

 

 

...Elle levait la tête de temps en temps distraite par le pépiement plaintif d’un oiseau sur la fenêtre. « Tiens ! » pensa-t-elle, « voici mon ami le geignard. Chez les animaux comme chez les hommes, on pouvait observer les mêmes phénomènes. Il y avait ceux qui se plaignaient toujours, souvent pour pas grand-chose, et ceux qui gardaient leur bonne humeur contre vents et marées. Meng observait souvent les moineaux qui se posaient sur la fenêtre. Il y avait le plaintif, l’optimiste, le téméraire curieux, le curieux peureux, et évidemment l’opportuniste. Meng sourit : « Oui ! Vraiment comme chez les humains ! »

Elle reprit assidûment son travail. « Voilà un créneau pour l’enseignement commun ». Pensa-t-elle. Un après-midi entier pour tous les trois ! Si on y ajoutait le samedi et le dimanche même si on ne l’utilisait qu’en partie, les conversations très enrichissantes du soir… Oui ! Cela suffirait. Pour la concentration, la méditation et la musculation, chacun des deux jeunes gens ferait ses exercices séparément ou ensemble selon le cas. Meng était satisfaite.

Soudain, un malaise s’empara d’elle, la protection se déclenchait, mais n’opérait pas correctement. Elle tendit l’oreille. Les moineaux s’étaient tus. Ils s’envolèrent brusquement. Tout près, une corneille passait en coassant. Un danger ! Elle se leva silencieusement et s’approcha de la fenêtre pour la refermer. Elle entrevit une ombre, mais il était trop tard ! Un individu cagoulé, habillé de noir se jeta sur elle. Meng tomba à la renverse, mais se releva aussitôt. En position de combat, elle faisait face à son adversaire. Il tenta une attaque. Avec une rapidité étonnante, elle l’esquiva, saisit le bras de son agresseur en le retournant et le plaqua lourdement au sol. Elle le maîtrisait presque lorsqu’elle sentit un objet glacé sur sa tempe. « Ne bougez plus ! » ordonna une voix menaçante. Un second individu était entré, cette fois-ci, par la porte, et la menaçait d’une arme......

 

.../...

 

....La peur l’envahit. Une angoisse brutale l’atteint au ventre. Il avait envie de vomir. Des menaces devenaient présentes comme des entités maléfiques. Il allait perdre à nouveau ceux qu’il aimait. Il essayait de se calmer, mais n’y parvenait pas. Une lueur vint soudain illuminer son esprit obscurci, une lueur qui lui envoyait des images de son enfance. Comme dans un brouillard épais, il se revoyait tout petit, sous l’emprise de la terreur. Il revit dans un doux nuage, le visage de sa mère, il entendait sa voix. « La peur, mon fils, est un poison redoutable qui entre en nous. Elle nous détruit en nous paralysant ou en nous suggérant les mauvaises actions. Respire fort pour qu’il n’y ait plus de place pour elle. » Alors, Michel respira lentement et profondément comme quand il était petit. Comme quand il était enfant, il imagina la peur chassée par l’air nouveau qu’il inspirait, un air chargé de courage et de détermination. Sa mâchoire se serra, son regard devint dur et il redevint le combattant de l’année passée, faisant face aux monstres, prêt à tout pour sauver sa bien-aimée, persuadé de vaincre, certain de sa force, sûr de suivre l’enseignement de Madame Oubaseka....

 

 

 

  Acheter ce livre chez Amazon

 

                                                                                                 Aller à la page "Où trouver mes livres"

 

 

                                                                                                             F.A.Q  Kumpiy le livre sacré          

 

 

                                                                       

 

 

 

© 2016 Ygrec